Un café avec… Thomas BADEL…

Il écume depuis plus de 15 ans les rallyes régionaux et nationaux. 
Copiloté par son épouse Aurélie, au volant de sa Clio volante, son coup de volant a souvent été comparé à celui de Jean Ragnotti. 
Créée depuis moins de 2 ans, son école de pilotage est déjà très prisée par les meilleurs pilotes tant pour la pédagogie appliquée que pour le caractère franc de son fondateur.

Interview aujourd’hui avec… Thomas BADEL

 Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?
J’ai 40 ans, je vis à Bourgoin Jallieu (38). Comme tu l’as dit précédemment, je suis dirigeant de l’école de Pilotage TB86 et pilote amateur de rallye depuis 17 ans exactement.

– Comment es-tu arrivé dans le sport automobile ?
J’ai été tout d’abord été un sacré délinquant de la route une fois mon permis en poche. J’écumais des nuits entières avec les copains la banlieue lyonnaise et les campagnes alentours à bord de mon Ax Kway…. Ce sont des souvenirs géniaux bien que je n’en sois pas particulièrement fier car je prenais beaucoup trop de risques …

– Quels ont été tes débuts en compétition ?
C’était au rallye de Matour 2002 avec une 205 rallye de série en pneus de course récupérés dans la grange d’un copain! Pour l’anecdote, j’étais venu par la route avec mon auto de rallye et j’avais dormi à la belle étoile! C’était vraiment une autre époque…

– Pendant ces années en rallye, as-tu été tenté par d’autres disciplines ou t’y es-tu essayé ?
Oui j’ai fait des manches du championnat de France des rallyes motos où, en 3 courses, j’ai commencé à entrer dans les temps des élites. Mais j’ai senti que pour jouer devant et passer un cap je devais accepter d’aller jusqu’à la chute et ses conséquences… J’ai suivi mon instinct et stoppé net l’aventure en vendant tout !
J’aime aussi beaucoup le circuit. Les courses en peloton me plairaient mais mon caractère de pilote un tantinet « bouillant » me laisse penser qu’il y aurait beaucoup de contacts et de carrosserie (rires).


– En 2017, tu as franchi le cap de monter ta propre école de pilotage TB86. Avec un peu de recul, quel est ton ressenti sur ce changement de vie ?
C’est une grande fierté car comme beaucoup le savent mon ancien métier était policier notamment à La BAC nuit du Rhône durant plusieurs années. Franchir le pas, quitter un emploi stable et se lancer comme je l’ai fait comporte beaucoup de questionnements et de doutes. 
En 2017, je bossais la nuit en Police, je passais mon diplôme d’instructeur de pilotage le jour et fondais ma société. 
Cette école, c’est mon bébé, j’ai mis toute mon énergie, mes tripes et mes économies pour proposer toutes les formations qui m’ont cruellement manquées durant ma « carrière » de pilote.

– Cette année, Aurélie et toi vous êtes « exportés » en Guadeloupe pour quelques rallyes, pourquoi cette aventure ?
Nous avons été contactés par le Team JJTC en 2017 qui cherchait un pilote pour mettre au point sa grosse Clio maxi. Le patron José TARLET hésitait entre Julien SAUNIER (pilote renommé en Clio) et moi, mais le fils de son associé a tranché et ils m’ont appelé. La tâche n’était pas simple car l’île est petite et certaines spéciales identiques depuis 30 ans. Avec ma femme, nous avons réussi à signer des temps scratch sur tous les rallyes et gagner le groupe F2000 à chaque déplacement. Notre fierté est aussi d’avoir fait des temps scratch sur des spéciales totalement en terre devant les R5 et S2000 (4 roues motrices).
Monsieur TARLET désire faire rouler son auto en métropole cette saison et en Guadeloupe en fin d’année, donc vous allez me revoir à bord de cette magnifique Clio prochainement !


– Quelle auto ou quelle discipline durant ton parcours t’ont laissées le plus de sensations ?
Le rallye sans hésitation côté discipline et pour l’auto ma Clio williams F2000 qui est d’ailleurs en pleine révision pour revenir en course dès que possible… Je fais beaucoup d’essais avec des R5 dernière génération, des Porsche, M3, S1600 etc… Mais cette auto, qui est pourtant loin d’être parfaite, me fait toujours vibrer. 

– Qu’est ce qui te plait dans le sport automobile ? Comment le vois-tu évoluer ?
C’est un sport qui délivre une adrénaline incroyable, c’est un peu aussi l’école de la vie car il faut faire des sacrifices multiples (financiers, temps, etc..). On doit énormément travailler pour progresser et ne jamais lâcher l’affaire.  J’adore être en osmose avec mon auto et mettre tous mes sens au service de la performance. Un autre gros point fort du sport auto est qu’on peut performer ou débuter avec un certain âge contrairement à pleins d’autre disciplines.
A ma petite échelle, j’essaie de faire évoluer la discipline du rallye en proposant des stages rallyes inédits avec une méthodologie et une approche nouvelle de la prise de notes, du mental et bien sûr du pilotage. 
En ce qui concerne l’évolution plus globale du sport auto, beaucoup parlent de l’électrique mais je pense que nous avons encore du temps devant nous, avant de n’avoir que des autos qui font zzzzzz quand nous les verrons passer!
Le sport auto existera toujours d’une manière ou d’une autre. Plus les réglementations routières seront drastiques et les plus les autos seront assistées, plus les personnes investiront dans le loisir mécanique.


– Quels sont tes projet 2019 ?
Je devais rouler au Charbo et à l’Ain Jura, mes 2 épreuves fétiches, mais mon emploi du temps ne me le permettra pas. Je vais rouler en 2019 c’est sûr, mais je n’ai pas prévu de course avant juin car je n’ai aucun week end de libre ….
Je vais surtout suivre les pilotes avec lesquels j’ai un engagement qui dépasse le stage de pilotage d’une journée et qui m’ont sollicité pour les accompagner dans leur projet.
J’ai la chance d’avoir sous les couleurs TB86 en Championnat de France junior Clément BULLY, Hugo MARGAILLAN, Benjamin CURIOZ et un oeil sur Julien PONTAL. Ensuite le facétieux Sébastien DOMMERDICH en Trophée Michelin avec sa mythique 205, mon poulain Corse Paul André Mariani en Skoda R5, Richard PAGET en Porsche GT3 en coupe de France, Paul CHABLOZ en Porsche GT3, Lionel ISOLA en saxo F2000 et Partice MARC pilote Guadeloupéen (ndlr : ça en fait du monde à suivre !). 
Ils vont tous me donner des cheveux blancs, mais je suis à 100% avec eux et je vis leur course comme si c’était la mienne.

– Y a-t’il un sujet que nous n’avons pas abordé et qu’il te tienne à coeur de développer ?
Oui, j’aimerai parler de Guy mon associé à l’école de Pilotage, sans qui rien ne serait possible. C’est l’homme de l’ombre qui travaille beaucoup pour qu’on arrive à avoir une entreprise qui perdure dans le temps et qui en gère tous les aspects fastidieux. Je récolte toujours les lauriers mais on peut le considérer comme mon copilote sur ce projet et il a une énorme part de responsabilité dans la réussite de notre jeune structure.
Enfin, ma femme Aurélie qui m’a toujours soutenu et cru en moi dans tout ce que j’ai entrepris, sans elle je n’en serai pas là.

Merci Thomas pour cet échange sympathique et le partage de tes photos. Très bonne saison aux pilotes de ton école et à toi.

Circuit de Bresse (71)

Bien caché sur le bord de l’autoroute A39 et pourtant très facile d’accès sortie n°9 Cuisance – Couseaux – Louhans, se trouve le Circuit à Bresse à 1h de Lyon et de Dijon.

Un vrai pôle mécanique, de nombreuses activités et de belles infrastructures en font un site sportif et d’essais renommé depuis 2006 tant en France que chez nos voisins Suisses.

Sur un parc de 48 ha, le complexe comprend différentes activités : le grand tracé privilégiant les roulages auto et moto, un circuit karting ouvert à la location, un circuit d’essai et de sécurité routière et enfin un parcours 4×4. Des box ateliers, un restaurant et des salles de réception viennent compléter le tout.

Concernant le circuit, il est homologué auprès de la FFSA et FFM.

Pour y avoir roulé en prototype, en GT ou en monoplace, je le trouve intéressant à tous les niveaux. Des courbes rapides pour les appuis, la grande ligne droite permet d’atteindre plus de 200 km/h avec un gros freinage en bout. La partie centrale plus technique enchaine des angles droits, un virage en dévers qu’il est important de se mettre en mémoire, des épingles et une chicane qui conditionne la ligne droite des stands. Je pourrais regretter le faible de relief du site, la Bresse n’étant pas réputée pour ses hautes montagnes, mais cela permet d’avoir des abords et des dégagements très larges et sécurisants.

Ouvert de mi-février à mi-octobre, il est utilisé par des manufacturiers, concessionnaires, agences de communication et d’évènementiel, écoles GT ou monoplaces, entreprises, Teams sportifs ou associations mais reste disponible aux particuliers sur les soirées ou des journées complètes (voir leur planning https://www.circuitdebresse.com/fr/calendrier ).

Accessible les vendredis en soirée roulage libre avec votre propre véhicule de 17h30 à 19H00, pour les voitures avec roues couvertes (exit les formules) au tarif de 60€ hors assurances, ces sessions sont prisées donc mieux vaut réserver.

Pour les journées open, elles sont ouvertes à tous et des sessions seront mises en place selon les catégories. 2 à 3 dates par mois sont programmées et il vous en coûtera 180€ hors assurances.

Le complexe accueille également quelques compétitions telles que le Trophée Légend Car, le Tour Auto ou la Course de Côte du Circuit de Bresse, son infrastructure ne permettant pas la venue de compétitions de plus grosse envergure.

Le mot de Stéphane DESCHIENS, Directeur Général :

« Nous sommes un site polyvalent dédié à l’initiation des sports mécaniques. Notre circuit est idéal pour les écoles car il est évolutif et technique. Nous sommes un point fort de l’activité locale.

En quelques chiffres le Circuit de Bresse c’est : 40 à 50 moniteurs disponibles, le partenariat direct ou indirect avec 40 sociétés mobilisant jusqu’à 100 personnes et 3 000 000 € de chiffre d’affaires. »

Quelques infos pratiques :

  • Les horaires d’ouverture du circuit : 9h00 – 12h00 / 14h – 17h30
  • Le circuit : 3 km de long sur 12 m de large
  • Le site internet : https://www.circuitdebresse.com/fr/
  • Attention à la nuisance sonore : 95 dB en contrôle permanent.

ICE KART TROPHY by RD Events

Un cadre digne d’une carte postale ce matin de février : 10 cm de neige fraîche tombée dans la nuit, une piste verglacée préparée par l’équipe du circuit karting de Serre-Chevalier, c’est ça l’Ice Kart Trophy orchestré by RD Events.

Notre trio de pilotes féminines habituées à la terre est prêt à en découdre parmi les 15 équipages : Annick Joosen, pilote autocross Belge sur Buggy et Coccinelle, Manon Salaneuve, pilote en Championnat de France Sprint-Girl sur MMS et moi-même, encadrées par un Team de pompom-boys digne d’un Championnat d’Europe !

RDV pour un petit-dej en commun avec tout le monde, histoire de faire connaissance et prendre des forces pour la journée qui promet d’être longue. Au programme, chronos déterminés par chaque pilote pour le départ d’une manche, 3 endurances d’1 heure avec 6 relais obligatoires et remise des prix, soit 80 min de roulage par personne.

Après briefing et tirage au sort des numéros, on découvre les véhicules : des karts de location Sodi GT3 270 cc équipés de pneus à crampons cloutés. Une adhérence juste comme il faut pour jouer et prendre de belles dérives sur la glace. Certes on est ici sur du kart de loc 4 temps 9 cv, mais sur la glace, pas besoin de 300 cv pour s’amuser ! Le tracé du circuit est évolutif et change à chaque manche grâce à des chicanes mobiles.

Après le départ, une grande parabolique qui passe à fond, une ligne droite souvent entrecoupée de balises qui débouche sur une partie technique où les chronos et les places au général se jouent vite… Toutes les manches se déroulent sur la journée et la dernière se passe de nuit sur piste éclairée avec feux d’artifice à l’arrivée.

Pour les novices en karting, on prend un lièvre et on apprend les techniques du déhanché dans le baquet et du freinage en dérive pour perdre un minimum de vitesse. La relance coute ici de précieuses secondes. Le plaisir de pilotage est au rendez-vous, le niveau des concurrents très relevé et hétéroclite, des bandes de potes en délires au Team officiels jouant le challenge SWS Sodi World Series. Au total 1h20 de pilotage par personne, une vraie stratégie de course à mettre en place entre le nombre de relais et les bons moments pour les réaliser, bref une épreuve technique dans un cadre idyllique (pour ceux qui aiment la neige et le froid bien entendu !).

Pensez cependant à vous équiper chaudement ! On oublie les chaussures de pilotes et le gants ignifugés, on y préfère l’équipement de ski et les chaussures de randonnée au risque de voir ses doigts tomber tous seuls après 10 min de roulage.

Pour l’intendance, tout est prévu du petit dej aux repas du midi (crosiflette à tomber !!!) en passant par les pauses crèpes et chocolat chaud qui se prendront au « Hasaar » le restaurant juste à côté du circuit. Une option hébergement est possible dans des appartements 4* mais également des soirées entre les participants.

Des kartings ludiques et bien entretenus, une piste qui change à chaque manche, une organisation bien rodée et conviviale et l’éclate totale au volant.

Tarifs de 340 à 560 €/ pers selon les options d’hébergement. Réservations RD Events, Raphaël Deschamps 06.64.77.72.83

RDV en 2019 pour les prochaines éditions…

Mitjet 1300 by Team Picard Racing

Quand on reçoit un appel de M. Jean-Paul Picard vous proposant 2 épreuves du CFM (Championnat de France de la Montagne) au volant de la nouvelle acquisition du Team Picard Racing, on ne peut refuser !!!

C’est donc sur la Course de Côte de Col St Pierre (comptant pour le Championnat d’Europe) que je découvre cette magnifique auto que je ne connaissais que de nom, même si j’avais déjà été voir une manche du Championnat Mitjet 2L et Super Tourisme à Ledenon.

Ce bi-place conçu par TORK est un châssis tubulaire, coque polyester, moteur moto, pont bloqué, on reste jusque là en zone connue… Mais surprise par rapport aux CM style Tracking ou Fun Boost, le moteur est devant ! Positionné en longitudinal dans le châssis, la sortie de boîte va directement sur un axe de transmission qui traverse la voiture, avec un inverseur de marche arrière au milieu et hop sur le pont bloqué. Seul petit bémol de cette implantation moteur, le refroidissement à air est limité car seulement les 2 cylindres avants en bénéficient. Pour les 2 sous le tableau de bord, ça devient compliqué et nécessite quelques aménagements, ventilateurs supplémentaires inside…

En prenant place au volant, on est ravis de découvrir un siège à glissière et un volant réglable, grand luxe dans une voiture de course ! Pour les petits gabarits, c’est royal de ne pas avoir une montagne de coussins. La Mitjet du Team Picard est option full carbone intérieur, ce qui peut obliger en compétition à un leste pour atteindre le poids réglementaire pilote inclus.

Beaucoup d’informations sont consultables dans le tableau de bord dont les très utiles températures d’huile et de culasse. Le démarrage est simple avec la manette starter sous le tableau de bord et une fois la température atteinte ça tourne comme une horloge.

On enclenche la première de la boîte séquentielle du moteur 1300 XJR YAMAHA et là plus qu’à chercher la motricité car les premiers tours de roue se font en slick sous la pluie, yahlahhh !!! Certes ça glissouille mais le comportement de la voiture est impressionnant. Ca se confirme sur le sec dès le lendemain, sa conception moteur avant fait qu’elle s’inscrit vraiment bien dans les virages, on appréhendait un effet sous-vireur du pont bloqué et bien non !

Avec la monte de pneus en AVON A15, l’adhérence est parfaite même si quand on la pousse un peu dans ses retranchements, elle reste très joueuse du train arrière. Le shifter est efficace pour passer les rapports sans décélérer ni embrayer et le plaisir de piloter vient naturellement et en totale confiance avec le comportement sain de cette auto.

Les différents réglages de trains, ici avec empatement maximum rendent le châssis très stable en rapide mais apparemment moins efficace en virages serrés bien qu’elle reste très incisive. C’est rassurant puisqu’à fond de 5, on atteint les 180 km/h comme sur un rail, malgré le fossé d’un côté et la falaise de l’autre !

Le moteur 1300 XJR est coupleux et relativement fiable même si on peut lui reprocher un manque de niak par rapport à d’autres 1000 d’origine moto. La boîte est bien étagée, mais oblige d’être assez ferme sur le levier de vitesses pour ne pas se trouver entre 2 rapports comme toute bonne boîte YAMAHA.

Pour résumer la MITJET 1300, c’est un petit gabarit, léger, agile et très ludique.

– Accessible du débutant au pilote confirmé car pour cette formule de promotion où toutes les voitures sont plus ou moins les mêmes, l’expérience, les trajectoires et la régularité font vraiment la différence.

– Facile d’entretien et abordable de 13000€ à 20000€, elle est polyvalente et permet de rouler en Course de Côte, Slalom, Circuit avec le Championnat TTE ou même en journées open pour le plaisir.

– Rigolote avec ses différentes déclinaisons de carrosseries (Mercedes, Skoda, BMW, Ferrari, Aston Martin etc…) et de nombreuses options et finition (carbone, shifter etc…)

  • 2 motorisations homologuées avec le Yamaha 1300 XJR ici essayé, le plus courant ou le 1400 Kawasaki (refroidit par eau et boîte 6, bridé pour le circuit)

Merci à M. Picard pour cette magnifique opportunité de découvrir le CFM et la Mitjet du TEAM PICARD RACING. Merci également à Jean-Michel Lestienne pour tous ses précieux conseils lors des premiers essais et son accueil au sein du Team Schatz.

  • Poids : 550 kg
  • Puissance : 150 cv
  • Rapport poids/puissance : 3,67 kg/cv
  • Moteur : 1300 cm3 XJR Yamaha
  • Boîte 5 vitesses séquentielles issues du moteur moto
  • Vitesse maxi : 180 km/h
  • Propulsion, Pont bloqué à 100%

SportAutoTest.com : re-découvrez le Sport Automobile

Bonjour et bienvenue sur mon blog 100% sport.

Je me présente Aurore LOUISON, j’ai 40 ans, chef d’entreprises et pilote depuis plus de 20 ans dans de nombreuses catégories telles que le Sprint-Car, la Course de Côte, le Rallye, le Trophée Andros, le Quad Cross et bien d’autres…

Monitrice de pilotage diplômée depuis cette année, j’aimerais par ce blog ouvrir votre horizon sur toutes les possibilités que nous offre le Sport Automobile.

Découvrez ici des essais de voitures de course, des écoles de pilotage, des interviews, des présentations d’épreuves ou de circuits… Toutes disciplines confondues, vous donner envie de changer votre vision de la compétition.