VUILLAFANS ECHEVANNES by ASA Séquanie

De nouvelles épreuves apparaissent au calendrier tous les ans, mais il y a les indétrônables, les cultissimes depuis plus de 50 ans. La course de côte de Vuillafans-Echevannes est de celles-ci…

Chaque premier week end de juillet, une douce mélodie mécanique se propage dans la vallée de la Loue, les moteurs chantent ! Depuis 1963, cette épreuve inscrite au CFM (Championnat de France de la Montagne) reçoit également le Championnat de France VHC et quelques participants suisses.

Le camping au bord de l’eau accueille les concurrents de la meilleure des façons dans le petit village de Vuillafans. Tout en haut, se situe Echevannes, point d’arrivée de l’épreuve.

Entre les 2, on retrouve 4 épingles, une parabolique et pour les plus grosses cylindrées 3 fois plus de 220 km/h atteint. Un record en la matière puisque les 4,8 km sont parcourus en à peine 1 min 46s !

J’avais déjà pris le départ de cette épreuve en 2006 au volant de ma fidèle SPARTON SE 316, soit la plus petite formule du plateau puisque son 1000 CBR développait à peine 130 cv. J’avais cassé à la 1ère montée de course mais les sensations de vitesse, pour moi qui n’avait roulé qu’en slalom, m’avaient laissée rêveuse pendant des mois ! C’est l’année dernière que M. Jean-Paul Picard m’a proposé d’y reprendre part au volant de la Mitjet 1300 du Team Picard Racing. Quel plaisir lorsqu’on est « locale » de l’épreuve de rouler devant ses amis et ses partenaires !

C’est donc avec le cœur chargé et remontée à bloc que je me présentais sur la grille de départ. Aucune prétention face aux cadors de la discipline qui connaissent chaque tracé sur le bout des doigts, mais l’envie de bien faire forcément…

En grille de départ.

Une cale sous la roue, feu vert, on décolle ! Première, seconde, on enquille les vitesses à fond jusqu’à la première épingle en préparant bien sa trajectoire pour ressortir vite. Le relief est bosselé avant la parabolique, qui reste un peu délicat le premier jour mais passe « presque » à fond le dimanche. Je pense que les autres y arrivent mais je fais petits bras !

J’atteins tout de même le fond de 5e avant l’épingle gauche. Arrive ensuite le grand droite qui referme le long de la falaise et de nouveau une allonge avant l’épingle droite. On reprend de la vitesse avant la 4e épingle où les spectateurs attendent en nombre pour voir les autos monter !

Dernière ligne droite avant l’arrivée, mais pas vraiment… Un passage devant les tribunes officielles et un gauche avant le drapeau à damier !

Impressionnant comme les 4,8 km défilent vite malgré mes 2 min 37 s qui me placent 4e de la classe en fin de journée. Une bonne évolution ce week-end à sensations fortes mais pour être plus rapide, il faudrait travailler sur l’étude du tracé et les caméras embarquées ! Les bons chronos se méritent en course de côte avec une voiture en laquelle on a 100% confiance, une équipe au top pour encadrer et un pilote posé et affuté, la recette des grands champions de cette discipline hors-norme.

Bonne ambiance sur ce Championnat de France de la Montagne

Vuillafans-Echevannes est un savant mélange de rapidité et de technicité, où être efficace dans les 2 parties devient compliqué tant en réglages qu’en pilotage. Bref une épreuve spectaculaire à voir ou à participer si l’on peut, et pour les amateurs de grosses mécaniques.

Le mot de Philippe PROST, Président de l’ASA Séquanie :

« L’épreuve de Vuillafans-Echevannes, c’est la plus belle forcément ! (rires) C’est un tracé atypique à flan de colline, caractérisé par ses 4 épingles et sa grande courbe. On y accueille près de 150 pilotes dont un très gros plateau en VHC en pleine période estivale. Mais c’est aussi et surtout 150 bénévoles et un gros budget qui devient de plus en plus dur à gérer et dont l’équilibre se joue principalement sur les entrées spectateurs. »

La place de l’église

Pour prendre part à cette épreuve, je tiens à remercier le Team Picard Racing pour la confiance de me prêter la superbe Mitjet 1300, Cyril Picoche mon fidèle chef mécano et bien sur mon mari Ombrella-Boy !

Merci également à tous les membres de l’ASA Séquanie qui m’ont motivée et mise à l’honneur sur la 54e édition de cette course.

Crédit Photos : Nicolas MILLET Photographie